en   fr
    
RTR - RUSSIANTEAROOM GALLERY

expositions

Landamscapes

Shunsuke Ohno « Landamscapes »

13 avril - 21 mai 2011
Galerie RTR

Il y a si peu de temps, nous pensions encore que les séismes comme les émotions étaient maîtrisés au Japon. Il nous était impossible d’imaginer que la Nature dévastatrice puisse punir un pays si admirable, si tempéré, si calme. Que les constructions anti-sismiques ne résisteraient pas à une force surhumaine. Que l'on atteindrait ce point de non retour…

Sans préméditation, la galerie RTR présente les photographies de Shunsuke Ohno. « LANDAMSCAPES » est sa première exposition personnelle. Une invitation à la découverte de paysages singuliers et une esthétique subtilement ancrée dans la culture bouddhiste. Shunsuke Ohno raconte le paysage d’une manière infiniment pure et frontale. Il nous en fait ressentir l’essence même.

En 2009, on comptait environ 2900 barrages au Japon. Ces constructions se sont multipliées quitte à rayer des villages de la carte. Le photographe a parcouru le pays à la découverte de ces édifices de béton plus immenses les uns que les autres. La démarche de Shunsuke Ohno a été motivée par sa lecture du livre « Dogs and Demons » d’Alex Kerr. L’auteur révèle des failles édifiantes qui semblent ronger le pays de l’intérieur. L’orientation de la critique, nettement politique, s’appuie sur des éléments vérifiables : des rivières entières bétonnées, des constructions de barrages à n’en plus finir et de routes qui ne mènent nulle part … mais absorbent bien l’argent du contribuable.

Avec la curiosité du reporter et la sensibilité du promeneur, Shunsuke Ohno s’est lancé dans un pèlerinage photographique. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé fasciné par les paysages qui s’offraient à lui, enchanté par une puissance pourtant destructrice : la main de l’Homme sur la Nature. Au départ, contrarié par cette idée d’admirer un paysage si offensant, il s’est finalement laissé emporter par la beauté des lieux. Comme on embrasse la main du diable. « Lorsque j’ai pris cette route qui me menait d'une ville à une autre, j’ai traversé des cantons, des villages, des montagnes, des ponts, des tunnels, et enfin, des barrages. C’est alors que mon état de stress, d’agitation et le bourdonnement qui me suivait depuis la ville se sont apaisés et ont laissé place à un sentiment plus paisible : le sentiment que l’on doit prendre les choses comme elles viennent, comme elles s’offrent à vous. »

« Landamscapes » nous transporte dans un pays embrumé, caché sous les feuilles de l’automne. Tel un personnage de contes qui découvre un univers en soulevant une branche, le spectateur est projeté dans un décor digne de Star Wars. Les barrages, ces « ouvrages d’art » conçus par l’Homme dont la présence demeure imperceptible ont des faux airs de stations spatiales abandonnées. Les couleurs n’ont plus rien de naturel. Les routes sont des rivières. Les ponts, la végétation, mais aussi cette terre étalée et apprivoisée – tout semble couler et se liquéfier pour mieux épouser les lignes tracées par les barrages. D’une image à l’autre, les chutes d’eau résonnent et nous apaisent.

Les photographies de Shunsuke Ohno ont l’étonnante capacité de solliciter tous nos sens. Elles nous plongent, en douce, dans un état de contemplation et nous entraînent plus loin. Dans un recueillement photographique au cœur des valeurs bouddhistes. Shunsuke raconte : « Autrefois, les maisons japonaises étaient construites en bois et en papier. Certaines de ces techniques uniques sont encore utilisées, comme par exemple dans les lieux sacrés d’Ise Jingu dédiés à la famille Impériale. Les constructions ancestrales perdurent et le savoir-faire ne se perd pas. Mais les temps ont changé et les méthodes modernes se sont tournées vers le béton, à la fois pour ses qualités anti-séismiques et ignifuges mais aussi pour son moindre coût ». Etonnamment, la parenthèse historique ne porte pas de jugement. Et si les images de « Landamscapes » révèlent un point de non retour, au fil des paysages, c'est toujours le même équilibre qui s’observe pour libérer un espace de contemplation pure.

L’empreinte de l’Homme sur la Nature, les étendues de béton à flanc de montagne, l'eau jaillissante des barrages – Shunsuke Ohno capte les éléments dans leur harmonie et met en lumière cet invisible tissu qui les lie. Le photographe explique qu’en définitive, les barrages abreuvent notre vie de tous les jours. Même si on a tendance à l’oublier : « Il est si naturel que l’eau coule lorsque l’on tourne le robinet ! Pourtant cette eau provient directement d’un barrage... » Sans tomber dans le ton accusateur des problématiques environnementales ni dans la provocation ostentatoire, Shunsuke préfère nous servir de guide. Il offre un sublime témoignage, un recueil à la fois discret et criant de vérité. Pourtant ni visionnaire, ni moraliste, on retrouve chez Ohno cet humanisme digne. A la japonaise.
 

Shunsuke Ohno, from "Landamscapes" series, photograph
<   +   >

Shunsuke Ohno, from "Landamscape" series, 2009
<   +   >

Shunsuke Ohno, from "Landamscape" series, 2009
<   +   >

Shunsuke Ohno, from "Landamscape" series, 2009
<   +   >

Shunsuke Ohno, from "Landamscape" series, 2009
<   +   >

Shunsuke Ohno, from "Landamscape" series, 2009
<   +   >